Un temps commence après celui (de la Nativité) qui se termine. Mais est-ce vraiment le temps de Noël incluant l’Épiphanie termine-il vraiment ? Sûrement pas 

" De fait, s'il n'existe plus, aujourd'hui, de Temps après l’Épiphanieproprement dit, les premières semaines du Temps que nous appelons Ordinairene s'articule pas moins de façon très sensible et théologiquement très appropriée sur la grande solennité de Noel-Épiphanie, au regard ds lectures (et tout simplement des évangiles) qui sont proposé. La thématique générale est bien celle des premières manifestions messianiques de Jésus et de l'annonce du royaume, consécutive au Baptême" (Chante et Marche, Père Cassingéna-Trévidy)

7ToC DomineInTuaMisericordiaDomine, in tua misericordia 
Seigneur, j'espère en ta miséricorde. Mon cœur met toute sa joie dans ton salut ; je chanterai le Seigneur pour le bien qu'il m'a fait. (Ps 12, 6)
V/. Combien de temps, Seigneur, m'oublieras-tu ? Jusqu'à la fin ? Combien de temps détourneras-tu ton visage de moi ? (Ps 12, 1)

L'introït de ce dimanche emprunte son texte au verset 6 du très court psaume 12, le plus court du psautier. "Le psaume commence par un cri véhément de détresse (verset 1) et se clore sur un chant d'allégresse et de gratitude (verset 6) : ce sont ces deux extrêmes que notre introït a raboutés l'un à l'autre dans sa composition, moyennant  toutefois remplacement de ego autem in tua misericordiapar un vocatif Domine qui désigneclairement l'interlocuteur."
"Aujourd'hui retentit pour la première fois, dans le cycle des introïts du Temps Ordinaire, un mot capital, MISERICORDIA, qui se donnera 4 fois encore à entendre 14e, 22e, 23e et 26e (respectivement dans l'introït Suscepimus, Deus, MISERICORDIAM tuam, l'introït Miserere mihi ...in MISERICORDIA tua,   l'introït Justus es ... secundum MISERICORDIAM, l'introït OMNIA quae fecisti ... MISERICORDIAE tuae). Nous nous souvenons que ce synonyme majeur de Dieu - en particulier du Dieu qu'invoquent nos antiennes dans le langue des psaumes -  a donné son nom au 4e dimanche du Temps Pascal (Introït MISERICORDIA)." (extrait de "Chante et Marche" du Père F. Cassingena-Trévidy, Tome III)

Pour apprendre la mélodie des chants propres de ce dimanche suivre ce lien >>>    
Pour méditer les lectures de ce dimanche suivre ce lien >>>>

Quarante jours ( les dimanches ne sont pas comptés dans ces 40 jours) avant Pâques, l'Eglise, par sa Sainte Liturgie, nous fait entrer dans une période de préparation à fêter la Résurrection du Christ. L'institution de ce jeûne solennel remonte aux premiers temps du Christianisme. Notre Seigneur Jésus-Christ lui-même l'a inauguré par son exemple, en jeûnant quarante jours et quarante nuits dans le désert ; et s'il n'a pas voulu, dans sa suprême sagesse, en faire un commandement divin qui dès lors n'eût plus été susceptible de dispense, il a du moins déclaré que le jeûne imposé si souvent par l'ordre de Dieu dans l'ancienne loi serait aussi pratiqué par les enfants de la loi nouvelle.(Pour aller plus loin dans cet historique du Carême lire Dom Guéranger en suivant ce lien )

Image bible tamarPourquoi les cendres ?

La Cendre, symbole de poussière, pour signifier que nous sommes mortels et poussière. La Bible en est remplie. Ainsi par exemple 

  • «Me voici pareil à la poussière et à la cendre», le crie Job après avoir tout perdu (Jb 30, 19)
  • Tamar, fille de David, «répandit de la cendre sur sa tête» après avoir été violée (2S 13, 19)
  • «Ô fille de mon peuple, revêts-toi de sac et roule-toi dans la cendre ! Prends le deuil», demande Jérémie à Jérusalem (Jr 6, 26).
  • «Tu reprends leur souffle, ils expirent et retournent à leur poussière» Ps 103, 29
  • «Tu es poussière, et à la poussière tu retourneras» (Gn 3, 19). formule qu'utilise la liturgie en imposant la cendre sur le front des fidèles, ce mercredi des Cendres, que dans beaucoup d'endroit on préfère, à tord, d'utiliser l'autre formule tiré de l’Évangile de St Mathieu «Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. » (Mc 1,15)
  • Etc....

Mais pour la Bible, ce geste de pénitence anticipe aussi la victoire pour qui sait s’engager à faire confiance à Dieu.

  • C’est le cas pour Judith qui, pour prier Dieu avant de combattre le Babylonien ­Holopherne, «répandit de la cendre sur sa tête et ne garda que le sac dont elle était vêtue» (Jdt 4, 11).
  • Pour Isaïe, le Messie se manifestera en venant «consoler tous ceux qui sont en deuil» et «mettre le diadème sur leur tête au lieu de la cendre» (Is 61, 3).
  • Pour aller plus loin voici un billet spirituel par un moine bénédictin
  • Tous les chants de cette messe d'entrée de carême 

    L'introït "Misereris omnium, Domine" ("Tu as pitié de tous, Seigneur, et tu ne hais aucune de tes créatures ; tu ne tiens pas compte des péchés des hommes pour qu'ils se convertissent, et tu leur pardonnes, car tu es le Seigneur notre Dieu") nous situe bien dans le contexte du Salut par le Sacrifice du Christ auquel le Carême nous prépare

    Lectures de ce jour peuvent être méditée ici >>>  

Bonne entrée en Carême

Invocabit me, et ego exaudiam eum.1 Quadragesima

Il m'invoquera et je l'exaucerai ; je le délivrerai et le glorifierai, de longs jours je le rassasierai.
V/. Celui qui habite à l'abri du Très-Haut se reposera sous la protection du Dieu du ciel.

L'introït est tiré du Psaume 90, qui forme à lui seul la matière à tous les chants propres de cette Messe. Nous avons parlé déjà de l'appropriation que l'Eglise a faite de ce beau cantique, à la situation du chrétien durant le Carême. Tout nous y entretient de l'espérance que l'âme chrétienne doit concevoir dans le secours divin, en ces jours où elle a résolu de se livrer tout entière à la prière et à la lutte contre les ennemis de Dieu et d'elle-même. Le Seigneur lui promet, dans l'Introït, que sa confiance ne sera pas vaine (Dom Guéranger pour un commentaire intégral de ce dimanche suivre ce lien)

Nous sommes habitués depuis longtemps à commencer le Carême le jour du mercredi des cendres. Pourtant, le début officiel de cette longue période, au plan liturgique au moins, était bien le premier dimanche de Carême. La liturgie de ce dimanche apparaît d'ailleurs encore nettement comme une introduction au Carême. Or le choix de l’Église pour ce chant d'entrée qui inaugure la liturgie du Carême est tout à fait remarquable. Au lieu de nous inviter d'emblée à la pénitence, comme on aurait pu s'y attendre, l’Église préfère fixer les yeux de notre âme sur une promesse qu'on pourrait appeler la promesse de l'intimité divine ... lire la suite 

Les enregistrements MP3 sont à trouver ici >>>  Les lectures sont ici >>>

Bon dimanche et bonne semaine

image-2DCTibi dixit
Mon cœur t'a dit : Je cherche ton visage, c'est ton visage, Seigneur que je cherche. Ne détourne pas de moi ta face. (Ps 26, 8.9
Ps. Le Seigneur est ma lumière et mon salut, qui craindrais-je ? (Ps 26, 1)

Il nous invite à mettre notre confiance dans le Seigneur, à chercher sa face. Dieu va glorifier son Fils (1er dimanche), il va aussi NOUS glorifier avec LUI. Il s'est transfiguré. Nous aussi nous transfigurerons avec LUI.
Ce bel introït est à chanter avec le vrai mode III c'est à dire avec sa dominante SI et non DO. Le SI a cette force qui nous fait aller vers le DO, qui nous transfigure en quelque sorte en nous faisant monter sur la montagne de la Transfiguration et nous fait demeurer en hauteur avec les deux tristropha encadrant une virga. épisémée. Une illumination comme la figure transfigurée du Christ.

Retrouver les enregistrement MP3 ici >>>   Pour approfondir les textes de ce dimanche suivre ici >>>

Bon dimanche et bonne semaine